Note de voyage à Nuoro

Note de voyage N°01

Bref compte rendu de la manifestation

ETNU

Nuoro, 11-14 septembre 2009

Une délégation composée de trois poètes de l’Associu di u Chjama e Rispondi (G.P. Ristori, P.S. Parigi, G.F. Terrazzoni) et de moi-même pour VOCE s’est rendue à Nuoro pour participer à ETNU.

Nous n’avons pu être présent la première journée, à cause d’empêchements professionnels pour certains d’entre nous. Nous avons donc manqué les discours officiels et l’inauguration des expositions.

Le 12, bien que nous ayons pris le premier bateau de Bonifacio à 9 h, nous ne sommes arrivés qu’en fin de matinée.

Nous en profitâmes pour visiter les expositions, dont le nombre et la diversité nous ont impressionnés.

Le mur et les écrans consacrés à INCONTRO ont bien sur fait l’objet d’une attention particulière de notre part, et nous en avons apprécié la qualité et la rigueur.

Le déjeuner fut l’occasion de chaleureuses retrouvailles, et après une sieste réparatrice à l’hôtel (certains d’entre nous avaient du partir du nord de la Corse à 4 h 30 du matin !) nous avons pu assister aux manifestations de la soirée.

Le matin du dimanche 13, les poètes qui apprécient modérément d’être assis sur une chaise pour écouter des discours, ont décidé de partir à Bitti pour participer à « Apertura Cortes ». Après une splendide promenade dans la nature, les quelques heures passées à Bitti nous plongeaient dans un univers de convivialité, où le chant et la nourriture se partagent avec simplicité.

De retour à Nuoro pour assister à l’ intervista du chanteur Piero Marras, et le soir à son concert.

Le 14, journée INCONTRO. J’ai beaucoup de mal à retenir nos trois poètes dans la salle de conférence, leur tendance naturelle est de chercher un coin tranquille, si possible à l’appui d’un comptoir de bar, pour chanter entre eux ou – quel bonheur ! – avec les toscans ou un « gallurese ».

Mais à 15 h, ils sont précis au rendez-vous dans la petite mais fonctionnelle salle de l’auditorium, et une mise en scène sommaire leur permet d’être très vite à l’aise et de partager, après une très belle introduction de Pietro Clemente, une bouteille de bon vin sarde.

Leur prestation semble avoir été comprise par le public, malgré ce que l’on pouvait craindre de la barrière linguistique.

Ce fut ensuite l’hommage au poète Realdo Tonti, dont j’ai eu l’honneur et la charge de coordonner la présentation. La découverte pour nous d’un grand personnage, même si nous nous étions déjà rencontrés en différentes occasions au préalable ; mais jamais avec une telle approche, sensible, intime, et surtout formidablement humaine.

Puis retour des chanteurs et musiciens du Maggio, et leur présentation dans une salle mieux adaptée aux expositions qu’aux spectacles, et même qu’aux conférences pour des raisons autant architecturales (des piliers) qu’acoustiques (réverbération).

En conclusion , une étape de plus a été franchie dans la connaissance mutuelle, et sans doute aussi dans une meilleure appréciation de soi-même et de « l’autre ».

Et me reviennent à l’esprit ces beaux vers de Paul Eluard, dans « le visage de la paix » :

« Nous avons inventé autrui

Comme autrui nous a inventé

Nous avions besoin l’un de l’autre. »

Toni Casalonga,

Le 19/09/2009.